lundi 23 janvier 2012

Jésus et la femme Samaritaine (3) - l'adoration

Va, lui dit Jésus, appelle ton mari, et viens ici. La femme répondit : Je n'ai point de mari. Jésus lui dit : Tu as eu raison de dire : Je n'ai point de mari. Car tu as eu cinq maris, et celui que tu as maintenant n'est pas ton mari. En cela tu as dit vrai. Seigneur, lui dit la femme, je vois que tu es prophète. Nos pères ont adoré sur cette montagne ; et vous dites, vous, que le lieu où il faut adorer est à Jérusalem. Femme, lui dit Jésus, crois-moi, l'heure vient où ce ne sera ni sur cette montagne ni à Jérusalem que vous adorerez le Père. Vous adorez ce que vous ne connaissez pas ; nous, nous adorons ce que nous connaissons, car le salut vient des Juifs. Mais l'heure vient, et elle est déjà venue, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité ; car ce sont là les adorateurs que le Père demande. Dieu est Esprit, et il faut que ceux qui l'adorent l'adorent en esprit et en vérité. La femme lui dit : Je sais que le Messie doit venir (celui qu'on appelle Christ) ; quand il sera venu, il nous annoncera toutes choses. Jésus lui dit : Je le suis, moi qui te parle. Là-dessus arrivèrent ses disciples, qui furent étonnés de ce qu'il parlait avec une femme. Toutefois aucun ne dit : Que demandes-tu ? ou : De quoi parles-tu avec elle ? Alors la femme, ayant laissé sa cruche, s'en alla dans la ville, et dit aux gens : Venez voir un homme qui m'a dit tout ce que j'ai fait ; ne serait-ce point le Christ ? Ils sortirent de la ville, et ils vinrent vers lui. (Jean 4:16 -30)

Jésus a commencé une conversation avec cette femme samaritaine. (voir l'étude précédente)  Il lui a parlé de l'eau vive et elle a désiré cette eau. Maintenant, elle doit confesser ses péchés. Ce sont des choses qui sont aussi nécessaires aujourd’hui. Il faut désirer être sauvé, admettre que vous êtes pécheur, demander à Jésus de vous sauver.

  1. Le péché de cette femme. Jésus a offert un cadeau à cette femme, l'eau vive. Maintenant il demande à voir son mari. Cela semble naturel pour éviter de faire mauvaise impression, Jésus voulait voir le mari de cette femme.
    1. La femme a admis qu'elle n'avait pas de mari. Je suis certain qu'elle s'est sentie coupable. Elle connaissait son passé et les péchés qu'elle avait faits.
    2. Jésus a montré qu'il les connaissait. Elle a eu cinq maris et elle vivait maritalement
    3. On apprend ici quelque chose sur le mariage. Dieu « hait la répudiation ». (Malachie 2.16), mais Dieu la permet. « C'est à cause de la dureté de votre cœur que Moïse vous a permis de répudier vos femmes. » (Matthieu 19.8) Si vous êtes divorcé, vous n'êtes plus marié aux yeux de Dieu. Il existe les gens qui vous disent que vous n'avez pas le droit de vous remarier parce que vous êtes toujours marié. Cela n'est pas vrai . Jésus a dit « Tu as eu (passé composé) cinq maris. » Donc ces hommes n'étaient plus ses maris.
  2. La réponse à la suite de sa culpabilité.
    1. Elle a eu un changement d'avis concernant Jésus. Avant elle avait remarqué qu'il était un homme juif. Maintenant elle a remarqué qu'il était un prophète. Elle n'a pas nié ce que Jésus lui a dit.
    2. La femme a esquivé les remarques de Jésus. Elle a posé une question hors sujet. C'est comme ça souvent avec les gens. Quand ils doivent faire face à leurs péchés, ils veulent changer de sujet.
    3. Elle pose une question concernant le lieu d'adoration. « Nos pères ont adoré sur cette montagne ; et vous dites, vous, que le lieu où il faut adorer est à Jérusalem. »
      1. L'histoire — Les Samaritains se sont séparés des Juifs plusieurs siècles avant. Ils ont cru que le lieu d'adoration était la montagne Garizim qui était près de là. « Jotham en fut informé. Il alla se placer sur le sommet de la montagne de Garizim, et voici ce qu'il leur cria à haute voix : Écoutez-moi, habitants de Sichem, et que Dieu vous écoute ! » (Juges 9.7) Ils ont cru que cette montagne était le lieu où Abraham a offert Isaac comme un sacrifice. Ils avaient un temple sur la montagne.
      2. La fondation — « Nos pères... vous dites. » Elle n'a pas cité un passage biblique. Elle a basé sa conviction sur la tradition. Il est dangereux de croire des choses seulement parce que c'est une tradition, c'est comme on a toujours fait. Il vaut mieux chercher dans les écritures, et baser nos convictions sur ce qui y est écrit. Je me souviens toujours les paroles de mon père quand quelqu'un approche avec une théorie, il dit « Quelle est l'adresse ? » Quand ils ont l'air perplexe, il leur explique davantage en disant « Donnez-moi le passage biblique pour soutenir votre proposition. » Cela doit être notre réponse à nous aussi.
  3. Jésus donne une leçon sur l'adoration. Jésus a répondu à cette question qu'elle lui a posée, mais en même temps il est resté sur le sujet le plus important.
    1. D'abord il donne une perspective. « Femme, lui dit Jésus, crois-moi, l'heure vient où ce ne sera ni sur cette montagne ni à Jérusalem que vous adorerez le Père. » Jésus parle de l'avenir. La femme peut penser que cela sera accompli à la fin des temps, mais Jésus parle de l'année 70 quand les Romains arriveraient et détruiraient le temple à Jérusalem et à Samarie.
    2. Jésus revient au sujet du salut. « Vous adorez ce que vous ne connaissez pas ; nous, nous adorons ce que nous connaissons, car le salut vient des Juifs. »
      1. Les Samaritains ne connaissaient pas l’Éternel comme les juifs. D'abord les Samaritains n'ont accepté que des 5 premiers livres de l'Ancien Testament, donc ils ont rejeté les Psaumes et les Proverbes, et les prophètes comme Ésaïe, qui ont donné plus de détails sur la vie et la manière du Messie. J'ai vu ce passage traduit ainsi : « Vous connaissez qui vous adorez, cependant vous ne le connaissez pas. » Les Samaritains ont mélangé leur adoration pour Dieu avec des idoles. Regardez 2 Rois 17.24 – 34 : « On dit au roi d'Assyrie : Les nations que tu as transportées et établies dans les villes de Samarie ne connaissent pas la manière de servir le dieu du pays... Un des prêtres qui avaient été emmenés captifs de Samarie vint s'établir à Béthel, et leur enseigna comment ils devaient craindre l'Éternel. Mais les nations firent chacune leurs dieux dans les villes qu'elles habitaient, et les placèrent dans les maisons des hauts lieux bâties par les Samaritains. » On ne peut pas mélanger la vérité avec le mensonge et être fidèle à Dieu.
      2. Les juifs ont suivi la loi de Moïse concernant leur adoration. De plus, il était promis que le Messie serait un descendant des juifs. « Il révèle sa parole à Jacob, Ses lois et ses ordonnances à Israël. » (Psaumes 147.19) Les Samaritains ne voulaient pas l'accepter. Le salut est l'eau vive que Jésus offre cette femme. Il est disponible aujourd’hui.
    3. La vraie adoration. « Mais l'heure vient, et elle est déjà venue, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité ; car ce sont là les adorateurs que le Père demande. Dieu est Esprit, et il faut que ceux qui l'adorent l'adorent en esprit et en vérité. » Jésus l'a appelé « Père » et il nous a enseigné de le faire aussi. Pour les chrétiens, Dieu est notre Père, on est adopté, on est cohéritier avec Jésus. Il faut avoir cette relation pour l'adorer en esprit et en vérité. C'est ce qu'il demande (littéralement « chercher, en avoir une forte envie »). « Les adorateurs » le mot grec n'est utilisé qu'ici dans le Nouveau Testament. Littéralement cela veut dire : « se mettre à genoux, baiser comme un chien lèche les mains de son maître, se prosterner en hommage. »
      1. En esprit – parce que Dieu est esprit. Donc, la vraie adoration n'est pas basée sur les choses physiques, comme les Juifs et les Samaritains le faisaient. Ce n'était pas les traditions et les lieux qui étaient la clé. C'est une affaire du cœur. J'ai lu une bonne définition du mot « esprit » : « c'est le point de contact entre Dieu et notre âme ». Faites attention : le physique peut influencer (améliorer ou diminuer) notre adoration. Dieu désire une adoration spirituelle, ce n'est pas seulement avec nos bouches ou nos corps, mais avec tout notre être.
        1. Contrasté avec l'adoration des Juifs qui était basée sur un temple, des sacrificateurs, des sacrifices, des encens...
        2. Jésus a ordonné une adoration qui est basée
          1. sur un temple spirituel. « Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu, et que l'Esprit de Dieu habite en vous ? » (1 Corinthiens 3.16)
          2. sur un sacerdoce spirituel. « Et vous-mêmes, comme des pierres vivantes, édifiez-vous pour former une maison spirituelle, un saint sacerdoce, afin d'offrir des victimes spirituelles, agréables à Dieu par Jésus Christ. » (1 Pierre 2.5)
          3. sur l'encens spirituel. « Quand il eut pris le livre, les quatre êtres vivants et les vingt-quatre vieillards se prosternèrent devant l'agneau, tenant chacun une harpe et des coupes d'or remplies de parfums, qui sont les prières des saints. » (Apocalypse 5.8)
      2. En vérité – conformément à la parole de Dieu. Jésus est la vérité, la parole de Dieu est la vérité, alors notre adoration doit suivre les commandements, les exemples, et les instructions de la Bible. Quelques exemples sont. . .
        1. « Entretenez-vous par des psaumes, par des hymnes, et par des cantiques spirituels, chantant et célébrant de tout votre cœur les louanges du Seigneur. » (Éphésiens 5.19)
        2. « Par lui, offrons sans cesse à Dieu un sacrifice de louange, c'est à dire le fruit de lèvres qui confessent son nom. » (Hébreux 13.15)
        3. « Je vous exhorte donc, frères, par les compassions de Dieu, à offrir vos corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui sera de votre part un culte raisonnable. » (Romains 12.1)
  4. La femme rencontre le Messie. « La femme lui dit : Je sais que le Messie doit venir (celui qu'on appelle Christ) ; quand il sera venu, il nous annoncera toutes choses. »
    1. La femme a dit ce qu'elle connaissait. Elle a entendu parler du Messie. Elle a entendu parler du Christ. Elle savait que même les Samaritains attendaient son arrivée.
    2. Jésus a clairement dit qu'il est le Messie, le Christ. Cela était la seule chose qui lui manquait. Elle désirait l'eau vive que Jésus lui offrait, et elle a admis qu'elle était pécheresse. Maintenant elle devait connaître qui pouvait la délivrer de ses péchés. Elle a accepté l'eau vive et elle voulait la partager. Donc elle a laissé sa cruche et est entrée dans la ville pour la partager avec les autres.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire