vendredi 14 juin 2019

Job et ses amis: (Appendice et bibliographie)

Appendice
Chart 11



Chart 22





Bibliography
Adams, John Edward. Competent to Counsel. Grand Rapids: Zondervan, 1970.
Anderson, Courtney. To the Golden Shore. Valley Forge: Judson Press, 1987.
Borden, Eli M.Job Meets Elihu: Job's Mediator and Answer to Prayer. Charleston: CreateSpace, 2012.
Caton, David B. .How The Righteous Suffer: a commentary on Job. David B. Caton. Kindle Edition, 2016-07-07
Chambers, Oswald.Our Ultimate Refuge : Job and the Problem of Suffering [Baffled to Fight Better]. N.p.: Oswald Chambers Publications Association, 2006.
Clark, Paul. Climbing The Palm Tree: A Literalistic "Un-Opinionated" View of the Song of Songs. Kindle Edition, 2016-02-19. 
Clarke, Adam. Adam Clarke’s Commentary on the Whole Bible. Accordance Bible Software electronic ed. 6 vols.; Altamonte Springs: OakTree Software, 2004.
Cook, Andy. Sermon: Choosing Faith in the Midst of Suffering.LifeWay Christian Resources: http://m.lifeway.com/Article/sermon-choosing-faith-suffering-job
Cotton, Timothy P. Why Me? A Look at Human Suffering as Revealed in the Book of Job. N.p.: Truth and Way Ministries, 2012. 
Coupechoux, Patrick. La déprime des opprimés: Enquête sur la souffrance psychique en France(The depression of the oppressed: study on psychological suffering in France. Paris: Éditions du Seuil, 2009.
Easton, Matthew George. Easton’s Bible Dictionary. Accordance Bible Software electronic ed. 6 vols.; Altamonte Springs: OakTree Software, 2004.
Eisenberg, Josy, Elie Wiesel. Job ou Dieu dans la tempête(Job or God in the storm). Mesnil-sur-l'Estrée, France: Société Nouvelle Firmin-Didot, 1986.
Elliot, Elisabeth. These Strange Ashes.Grand Rapids: Fleming H. Revell, 1998.
Fox, Christina.Helping the Hurting. The Gospel Coalition, Inc. 11-5-2014 https://www.thegospelcoalition.org/article/helping-hurting
Garrett, Duane A., ed. Shepherd's Notes – Job. Nashville: B&H Publishing Group, 1998.
Henry, Matthew.Commentary on the Whole Bible(Unabridged). Accordance electronic ed. 6 vols.; Altamonte Springs: OakTree Software, 2004.
Hitchcock, Roswell D. Hitchcock's Bible Names Dictionary. Accordance Bible Software electronic ed. 6 vols.; Altamonte Springs: OakTree Software, 1999.
Kranz, Jeffrey. Job:Faith under Fire.http://overviewbible.com/job/
Keil, Carl Friedrich & Delitzsch, Franz. Commentary on Job.Public Domain: 1854-1889.
Levasheff, Christina. Helping the Hurting. http://judsonslegacy.org/helping-the-hurting/
Lewis, C. S.. A Grief Observed. New York: Seabury Press, 1961.
Life Application Study Bible.Accordance Bible Software electronic ed. Carol Stream: Tyndale House Publishers, 2004.
Lyons, David, Linda Lyons Richardson. Don't Waste the Pain: Learning to Grow Through Suffering. Colorado Springs: NavPress, 2010.
Mounce, William D., ed., Kohlenberger, John, ed. Concise Hebrew-Aramaic Dictionary of the Old Testament. Accordance Bible Software (version 10.4.5). Oak Tree Software Inc, November 2014.
Paul, Greg.Simply Open: A Guide to Experiencing God in the Everyday. Nashville: Nelson Books, 2015.
Pinçon, Bertrand. Le livre de Job (Mon ABC de la Bible). Paris: Les Éditions du Cerf, 2016.
Powell, Paul W.When the Hurt Won't Go Away: Insights on Suffering from the Life of Job. Wheaton, Illinois: SP Publications, 1986.
Ryrie, Charles Caldwell. Basic Theology: A Popular Systematic Guide to Understanding Biblical Truth. Moody Publishers. Kindle Edition, 1999-01-11.
Ryrie, Charles Caldwell. The Ryrie Study Bible. Chicago: The Moody Bible Institute, 1994.
Silence Quotes. https://www.brainyquote.com/quotes/keywords/silence.html
Stanley, Charles.How to Handle Adversity. Nashville: Thomas Nelson, 1989.
Strong, James.Strong's Hebrew and Chaldee Dictionary of the Old Testament. Accordance Bible Software (version 10.4.5). Oak Tree Software Inc, November 2014.
Tada, Joni Eareckson, Estes, Steven . When God Weeps: Why Our Sufferings Matter to the Almighty. Zondervan: Kindle Edition, 2010.
Talbert, Layton.Beyond Suffering: Discovering the Message of Job. Greenville, South Carolina: BJU Press, 2007.
Tolkien, J.R.R.The Fellowship of the Ring. London: HarperCollins Publishers, 2008.
Tully, Lindsay. 3 Roots of Job's Faith.Crossway, 9-15-2011. https://www.crossway.org/blog/2011/09/3-roots-of-jobs-faith/
Voegtlin, Jeff .The Story of Job: A Simplified and Shortened Reading of the Sufferings of Job. Kindle Edition, 2014-01-29.
Webster, Daniel.Webster’s Revised Unabridged Dictionary. Springfield, MA: C. & G. Merriam Co., 1913.
Welch, Ed. Blog entry What Not to Say to Those Who are Suffering. Christian Counseling and Educational Foundation, 2-22-2010. https://www.ccef.org/resources/blog/what-not-say-those-who-are-suffering
Wesley, John.Wesley’s Notes on the Bible.Accordance electronic ed. Altamonte Springs: OakTree Software, 1997.
Wiseman, Donald, ed. Tyndale Commentary. Accordance Bible Software (version 10.4.5). Oak Tree Software Inc, November 2014.
Yancey, Philip.Disappointment with God. Grand Rapids: Zondervan, 1998.

1Talbert, 13
2Talbert, p192

Job et ses amis: Application

Application Pratique
Qu'est-ce que l'on apprends de ce que ces amis ont dit ? De ce que Job a dit ? De ce que Dieu a dit ? Aujourd'hui, il existe plein de livres avec les conseils sur ce que l'on doit dire aux souffrants, et c'est une bonne idée de les lire. On ne devrais pas minimiser la souffrance. C'est dur et douloureux dans plusieurs aspects. Comme C. S. Lewis a écris dans son journal intime pendant la lutte de sa femme contre le cancer, et sa mort à la suite : 
« Ce qui éttoufe chaque prière et chaque espoir, c'est le souvenir de toutes les prières que H. et moi avons faites et de tous les faux espoirs que nous avions. Ce ne sont pas des espérances qui soulèvait de notre propre vœu pieux; des espoirs encouragés, même imposés à nous, par de faux diagnostics, par des radiographies, par d'étranges rémissions, par un rétablissement temporaire qui aurait pu être considéré comme un miracle. Petit à petit, nous avons été mener en bateau. Encore et toujours, alors qu'Il semblait très gracieux, il préparait vraiment la prochaine torture. »1

Il continuait : 

« Toutes ces notes ne sont-elles pas les cris insensés d'un homme qui n'acceptera pas le fait que nous ne pouvons rien faire d'autre que de le souffrir? Qui pense encore qu'il y a un dispositif (si seulement il pouvait le trouver) qui fera que la douleur ne sera pas douloureuse? Peu importe que vous saisissiez l'accoudoir de la chaise du dentiste ou que vous laissiez vos mains reposer sur vos genoux. La roulette du dentiste continue. »2

Le devoir d'un ami chrétien est de consoler. Dans le contexte de Job, on apprend plusieurs choses sur la consolation de ceux qui souffrent.
Devrait-on donner du conseil ? Quand ? 
Avec tous les dangers qui existent en donnant le conseil aux autres, n'aurait-il pas mieux de ne rien dire ? « Nous pensons souvent qu'il faut avoir quelques choses d'importantes et d'inspirantes à dire aux amis, quand des fois, la meilleure choses est juste d'être présent. »3Les amis de Job ont resté muets jusqu'à ce qu'il a parlé. Au début de la souffrance, il serait mieux d'établir une position de soutenir, comme les amis de Job au début, être présent et être en deuil avec lui. « Partagez la joie de ceux qui sont dans la joie, les larmes de ceux qui pleurent. » (Rom. 12.15) Comme une mère a dit qui a perdu un enfant, « Les gens qui nous ont le plus touché dans notre douleur, sont les gens qui ont peu parlé, exprimant leur tristesse pour nos circonstances, mais parlant plus par leur présence et leurs larmes de solidarité. »4On peut offrir l'aide à « Aidez-vous les uns les autres à porter vos fardeaux. » (Gal. 6.2) Job parlait en premier. Ceux qui souffrent devraient être permis à s'exprimer leur souffrance sans remarque, même si ce qu'ils disent nous semble absurde. Le chagrin doit être exprimé. Quand donnons-nous le conseil ? Certains livres suggèrent qu'il faut attendre jusqu'à ce qu'ils l'ont demandé. « Bien temporisé silence est l’expression plus imposante. »5
Ce qu'il ne faut pas dire.
Avant toute chose, il faut faire attention en disant que la souffrance est le résultat d'un péché personnels. Il peut avoir des cas où un péché est evident dans la vie de quelqu'un. Et là, nous pouvons les monter toujours dans l'amour. « Il devrait examiner lui-même pour voir s'il y a des rébéllions contre la loi ou la volonté de Dieu, les confesser, et se confier dans la puissance de l'Esprit-Saint qui habite dans le croyant et qui est plus grand que Satan (1 Jean 4.4), et utiliser toute l'armure de Dieu (Eph. 6.13 – 18). »6Job montre que la souffrance n'est pas toujours le résultat d'un péché personnel. Comme Ryrie dit : « Un petit mot d'avertissement : Pas tous les problèmes ne sont initié par des démons, pas toutes les maladie physique , pas tous les troubles émotionnels, pas tous les péchés. Certains viennent des causes naturelles, certains de la chais. »7Dire que la souffrance est le résultat du péché, n'est pas sage. Il y a un autre danger, qu'après le péché est confessé dans le repentance, la souffrance pourrait continuer un certain temps. « Dieu me punit-il encore et encore pour un péché dans le passé, où suis-je coincé dans les conséquences de ce péché à jamais ? », sera la question la personne peut poser. C'est une vraie tentation de suivre les pas de ces trois amis en blâmant le péché comme la cause de toute la souffrance, mais comme on a vu avec Job, ce n'est pas toujours le cas. Les amis, aujourd'hui, pourraient être tentés à donner une liste de péché que l'on aurait fait. Les amis de Job l'ont fait. Certains disent, comme les amis de Job, « Dieu doit le punir à cause de son hypocrisie – il n'est pas l'homme juste qu'il prétendait être, au mieux il était un pécheur secret. »8« C'est claire que les écritures ne représente jamais toutes les maladies un résultat d'un péché immédiate, où même un type de comportement coupable dans la vie. Le livre de Job proteste contre une telle notion. »9Car le Livre de Job existe de nos jours, on ne devrait pas faire les mêmes erreurs que les amis de Job. « Si quelqu'un avait un excuse pour avoir mal interprété la position de Dieu contre lui, c'était Job, étant donné sa révélation limitée. Si quelqu'un ne l'a pas, c'est toi et moi. »10
Un ami de quelqu'un qui souffre, devrait éviter une déclaration comme celle-ci : « Que 'j'aurait fait.... » C'est vraiment peu probable que deux personnes avaient souffert dans la même manière, du même arrière-plan, et sont au même moment dans la souffrance. Une personne ne peut pas imaginer ce qu'il aurait pu faire dans la même position. Ni devrait-on donner des exemples d'autres personnes. Plus loin, nous allons voir ce que l'on peut dire au lieu...car il existe Quelqu'un qui connaît exactement ce que la personne se sentie. Les phrases comme, « C'aurait pu être pire... », devrait être évité et remplacer par, « Comment puis-je prier pour toi ? »11
Un bon consolateur ne doit pas parler pour Dieu dans une mauvaise manière. Un verset biblique au mauvais moment, hors contexte, peut causer plus de mal que du bien. Eliphaz nous apprends que nous ne devons pas prétendre que nous parlons pour Dieu. Si on partage un verset d'encouragement, cela devrait se faire avec beaucoup de prière, de considération, et toujours d'amour. Combien de fois avons-nous entendu cite aux personnes qui souffrent, « Dieu ne te donne pas plus que tu peut supporter. » ? Après l'avoir entendu, la mère d'une personne souffrante a écrit, « Elle avait toute les bonnes réponses mais n'a pas arrêté pour considérer mes sentiments ; ce qu'elle a dit est vrai (cependant pas vraiment dans le contexte), mais, en ce moment là, c'était la dernière choses dont j'avais besoin. Les mots, peu importe leur véracité, ne pouvaient pas me consoler, j'avais besoin de l'amour de Dieu...an travers de mon amie. »12Inclus dedans, c'est la fausse espérance que la souffrance va finir un moment précis, ou suivant un certaine condition nécessaire. Le moment de la fin de la souffrant est inconnu sauf à Dieu. « Job a répondu à sa souffrance par une grande foi. Son histoire, et sa réponse, nous laisse avec une question importante : Comment répondras-tu quand ton univers s'effondre autour de toi ? Ose-toi choisir la foi? Si tu fais le choix de la foi, la bataille de la souffrance est loin d'être terminée. »13
Un bon consolateur ne devrait pas essayer de répondre à la question « Pourquoi ? ». Job nous a enseigné que seul Dieu connait la réponse. Ses enfants ne peuvent pas la comprendre ses voies et tout ce qu'il serait en train de faire de la vie de ses enfants. Une personne dans la souffrance, peut être en train de lutter contre sa vu de Dieu et sa foi. C. S. Lewis a expérimenté les moments comme cela dans sa souffrance, « Ce n'est pas que je pense être en danger d'arrêter de croire en Dieu. Le vrai danger est de commencer à croire que Dieu est bien different que j'ai toujours pensé. La question que j'affronte n'est pas, « Alors, il n'y a pas de tout de Dieu ? » Plutôt, elle est, « Alors, Dieu est comme ça ? »14Un « bon » chrétien, après avoir entendu cela, sentirait le besoin de donner une raison théologique vraiment profonde et beaucoup de sagesse (comme les amis de Job). Donnant une mauvaise réponse à la question, « Pourquoi ? », ne donnera pas de réconfort, mais pourrait l'empirer. 
Que doit-on dire ? 
Si on a l'occasion de offrir le conseil à quelqu'un qui souffre, Job nous enseigne ce que l'on peut dire. Job désirait le réconfort (chapitre 16). Il y a, à cet égard, de la perspicacité pour nous : 
« Nous devrions dire et faire tout ce que nous pouvons pour les renforcer, en leur suggérant des considérations propres à encourager leur confiance en Dieu et à soutenir leur esprit qui sombre. La foi et la patience sont la force des affligés; tout ce qui aide ces grâces fortifie les faibles. Pour apaiser leur chagrin - les causes de leur chagrin, si possible, ou au moins leur ressentiment de ces causes. Les bons mots ne coûtent rien; mais ils peuvent rendre de bons services à ceux qui sont dans le chagrin, non seulement parce que cela leur réconforte de voir leurs amis se soucier d'eux, mais aussi parce qu'ils rappellent ce qui, par la prédominance du chagrin, a été oublié . Bien que les mots durs (nous disons) ne brisent pas d'os, des mots gentils peuvent aider les os brisés à se réjouir; et ceux-là ont la langue des savants qui savent dire un mot dans le bon timing à ceux qui sont fatigués. »15

La consolation peut être trouvé dans le Livre de Job. Job se sentit seul et abandonné par Dieu (chapitres 23). C. S. Lewis l'a dit aussi : « En attendant, où est Dieu ? Quand tu es heureux...tu sera, ou on le pense...accueilli à bras ouverts. Mais va à lui dans tu es désespéré, que tout d'autre aide est en vain et qu'est-ce tu trouves ? Une porte claqué dans le visage, et le son du verrou et du double verrou de l'intérieur. Et après...le silence. »16Ceci n'est pas un sentiment rare chez les personnes qui souffrent. Adoniram Judson, missionnaire à Burmanie, après un long et dur emprisonnement, où il a appris la mort de sa femme et sa petite fille, s'est installé dans une hutte au jongle. Il a écrit une lettre à ses beaux-parents disant, « L'un entre vous a-t-il apris l'art de la vraie communion avec Dieu, et peux-tu m'enseigner les premiers principes. Dieu est pour moi la Grande Inconnu. Je crois en Lui, mais je ne le trouve pas. »17Job a découvert qu'il n'était pas seul et abandonné, et a découvert que Dieu était avec lui dès le début. « Sachant la réponse à la question « Qui ? » Job n'avait plus besoin de demander « Pourquoi ? ».18Même plus précieux est qu'il y a un médiateur qui aide Dieu à mieux nous comprendre. Job a cherché pour ce médiateur entre Dieu et les hommes – un rédempteur. Il y a Quelqu'un qui connaît nos luttes, notre douleur et nos peurs. Dieu nous y a subvenu par Jésus Christ. Il connaît la souffrance et donc, peut nous réconforter. (Hébreux 12.2-3) Il a enduré sachant qu'il va avoir la fin, même si c'était loin dans l'avenir. La souffrance, malgré que ça durait toute notre vie, sera suivie par l'éternité de joie que va éclipser ce que l'on a enduré sur la terre. « Si nous regarderons vers la vie après la mort, et vivons en vue de la résurrection comme Job a fait, puis nos troubles seront plus supportable. »19Au travers de Jésus, Dieu connait. 
« Un autre amie, Gloria, tombait dans une angoisse profonde suite au pronostic mauvais de la maladie de sa fille. La petite Laura a déjà assez souffert des troubles de nerfs dégéneratifs dès sa naissance, et maintenant les médecins ont pronostiqué plus de souffrance et, peu après, la mort. Une nuit, après avoir quitté le lit de sa fille, elle a dit d'un ton sec, « Dieu, ce n'est pas bien ! Tu n'as jamais du voir un de tes enfants meurt ! » Dès que les mots sont sortis, elle a couvert sa bouche avec ses mains. Il a bien vu son enfant meurt. Son Fils unique. »20

Bien que nous ne sachions pas la raison pour la quelle on souffre, nous pouvons avoir le réconfort en sachant qui a le contrôle. Comme Joni Tada a partagé, « Je ne sais pas toutes les réponses. Et je ne suis pas sûre si je les savait, que cela aiderait. Mais, je sais Celui qui a les réponses. »21
Dieu, que nous dirait-il ? 
Si quelqu'un vraiment dans la souffrance peut avoir un entretien avec Dieu aujourd'hui, que lui dirait-il ? « Même si le titre est le Livre de Job, et l'homme central joue un rôle central, le Dieu Tout-puissant est le personnage principal et c'est vers Dieu et Sa révélation de Lui-même que les leçons nous conduisent. »22Dieu veut que nous comptons sur Lui. « Dieu est-il en train de te déterrer ?...Il veut que tu arrives au bout de toi-même. Il veut que tu God admettes la défaite. Il veut que tu lui confie ta vie, ton avenir, tes possessions, tes relation ; tout à Lui. Et puis, au moment quand tu penses que tout est perdu, Il veut remplacer ce qu'il a pris, pas par des choses, mais par Lui-même. »23Comme Il a dit à Job, souviens que Dieu est présent et qu'Il a le contrôle de toute chose. Elisabeth Elliot a dit, « Ce chagrin, cette tristesse, cette perte totale qui vide mes mains et me brise le cœur, je puis, si je veux, accepter, et en l'acceptant, je trouve dans mes mains quelque chose à offrir. Et ainsi je le rends à Celui qui, dans un échange mystérieux, se donne à moi. » 24Rappelez-vous que Job a bien parlé (Job 42.7). C'est bon de crier à Dieu honnêtement, et d'exprimer nos plaintes, nos luttes, nos souffrances à Lui. Tout cela est une marque de confiance. « Dans sa totalité, Job est principalement au sujet de la foi dans sa forme la plus marquée. »25La foi à admettre, que quelqu'un peut ignorer le « Pourquoi », mais peut quand même être confident que Dieu a le contrôle. « Il n'y a qu'un seul moyen de vaincre l'amertume et la rage qui nous viennent naturellement : Vouloir ce que Dieu veut, apporte la paix. »26Dieu nous encouragera à Lui crier. Il dirait, « Fais-moi confiance, je suis toujours là, en charge de toutes choses. » Notre médiateur, Jésus, dit au souffrant, qu'il est son enfant, et les bénédictions viendront, même si ce n'est pas dans cette vie là. Aux amis des souffrants, soyez un vrai consolateur. Au souffrant, pendant l'orage, tiens fermement à Dieu par la foi. Comme Jacob à dit, « Je ne te lâcherai pas, que tu ne m'aies béni. » (Genèse 32:27 Bible de Jérusalem)
1Lewis, p26-27
2Idem.
3Christian Fox, Helping the Hurting,https://www.thegospelcoalition.org/article/helping-hurting
4Christina Levasheff, What do I Say?, http://judsonslegacy.org/helping-the-hurting/what-do-i-say
5Mark Helprin, https://www.brainyquote.com/fr/auteurs/mark-helprin
6Charles C. Ryrie, Basic Theology: A Popular Systematic Guide to Understanding Biblical Truth. Moody Publishers, 2011. p192
7Idem.
8Caton, p99-100
9Adams, p108
10Talbert, p117
11Ed Welch, https://www.ccef.org/resources/blog/what-not-say-those-who-are-suffering
12Christian Levasheff, Sharing the Truth, http://judsonslegacy.org/helping-the-hurting/sharing-the-truth
13Andy Cook, Sermon: Choosing Faith in the Midst of Suffering, http://m.lifeway.com/Article/sermon-choosing-faith-suffering-job
14Lewis, p9
15Henry, on Job 16:1-5
16Lewis, p26
17Courtney Anderson, To the Golden Shore, Judson Press, 1987. p391
18Talbert, p220
19Lindsay Tully, 3 Roots of Job's Faith, https://www.crossway.org/blog/2011/09/3-roots-of-jobs-faith/
20Tada, Joni Eareckson, When God Weeps: Why Our Sufferings Matter to the Almighty,Zondervan, Kindle Edition. p103-104
21Tada, p104
22Caton, p73-74
23Stanley, p152
24Elisabeth Elliot, These Strange Ashes, Fleming H. Revell, 1998. p125-127
25Yancey, p181
26Talbert, p220

Job et ses amis: le discours de Dieu

L'ami de Job, Dieu : Que dit-il à Job souffrant ?
On ne peut pas dire combien de temps s'écoulait entre chapitre un et deux, et l'arrivée de Dieu, peut-être quelques heures, peut-être quelques mois1. Job a demandé un audience avec Dieu2, et Dieu arrive, et réponds d'une tempête (Job 38.1). « Job 38 à 41 est la ligne continentale (divine) de partage des eaux imposante qui plane sur la fin de voyage pour Job et ses amis...Dieu a initié l'expérience de Job....Maintenant cette chaîne de montagnes de monologue par le Seigneur fait de l'ombre à tout ce qui a été dit. Dieu a commencé l'événement, et Dieu le terminera. »3Le fait que Dieu fait référence aux discours de Job et Elihu4montre qu'il était présent tout ce temps. Dieu est l'ami de Job. Quel réconfort donnerai le consolateur ultime ? Le discours de Dieu se divise en deux. Job 38.1 à 40:2, Dieu présente sa création. Job donne une réponse courte. Job 40.6 à 41focalise sur deux créatures de Dieu. Job demandait Dieu, « pourquoi » une vingtaine de fois. C'est le moment pour Dieu de poser les questions, 57 en rafale.
Le premier discours compte deux division, le domaine physique (38.4-38) et le domaine vivant (38.39 à 39.30). Dieu pose la question, « Qui est celui qui obscurcit mes desseins par des discours sans intelligence ? » (38.2). Soit il demande à Elihu, soit à Job, mais dans la réponse de Job, on peut conclure qu'il parle à Job. Même l'introduction de ce chapitre déclare, « L'Éternel répondit à Job... » (1) Job parlait de ce qu'il ne comprend pas. Donc Dieu va lui donner un examen (3) « Les mots hébreux pour connaissance, intelligence, et sagessesont utilisé quinze fois dans le discours de Dieu. Le mot souvent traduitcompréhension, sept fois. »5« Où étais-tu quand je fondais la terre ? » (4) Peut-tu le mesurer (5, 18)? Explique-moi comment cela a été créé pendant que les anges chantait et les étoiles étaient formés, la mer et les nuages aussi (6-9). « Je l'ai mis en place. » (10-11). « As-tu commandé au matin pour secouer les méchants ? (12-13) La terre se transformait en argile, comme un vêtement (14). « Les méchants soient privés de leur lumière, et le bras qui se lève soit brisé ? » (15) « As-tu pénétré jusqu'aux sources de la mer or la mort ? (16-18) Sais-tu où habitent la lumière et les ténèbres, car tu n'étais pas né quand ils était créés ? (19-21) « As-tu vu les amas de neige6et les dépôts de grêle, en réserve pour le temps de détresse ? (22-23) Comment est la lumière divisée, et les éclairs ? (24-25) Qui envoie la pluie ? (26-28) D'où viennent l'eau, la rosée, la glace ? (29-30) Contrôles-tu les constellations ? (31-32) Règles-tu les cieux et la terre ? (33-35)? Qui donne la sagesse et l'intelligence ? (36-38) Peut-tu nourrir les animaux, la lionne, les lionceaux, le corbeau, les chèvres, les biches ? (39-41, 39.1) Connais-tu quand ils vont s'accoucher ? (2-3) Quand leur jeunes vont partir, et qui le permet ? (4-5) Ils habitent le désert et n'aiment pas les villes (6-8). Peux-tu domestiquer le buffle7(9-12)? Et l'autruche, avec ses grandes ailes, et la cigogne, qui pendent ses œufs par terre, oubliant qu'ils peuvent être écrasés ? Ils ne sont pas trop sage. (13-18) Et le cheval, avec sa vigueur, sa force, son courage ? (19-25) Et l'agile et l'épervier, qui habitent dans le rochers, et voient loin ? (26-30) 
Après une pluie de questions, Dieu lance une dernière, et lui laisse le temps de répondre. « Toi qui t'opposes au Tout-Puissant, est-ce que tu oses le critiquer ? Toi qui discutes avec Dieu, est-ce que tu peut répondre ? » (40.2 La BibleParole de Vie) Job, que va-t-il répondre ? « Je suis trop peu de choses.8« Que répliquerais-je ? Je mets la main sur ma bouche. » (4) « J'ai parlé une fois, Je ne répondrais plus. » (5). Job a déjà appris quelques choses de Dieu, que Dieu est au-dessus de tout, et il ne peut pas Lui répondre. Mais, Dieu n'a pas encore fini. Job a encore des choses à apprendre. 
God, ayant donné une vue d'ensemble de sa création, zoome sur deux créatures. Imaginez la complexité de Sa création, car Il aurait pu faire pareil sur tout ce qu'il a créé, jusqu'aux atomes9. « Sois un homme, et répands moi...Veux-tu me donner tort pour avoir raison ? (40.7-8) Es-tu aussi fort que moi ? (9) Si, c'est le cas, habille-toi comme moi. (10). Humilie les orgueilleux par tacolère (11-13). Puis je te rends hommage (14). Considères l'hippopotame10: il mange l'herbe dans les montagne, se repose dans l'ombre, n'a pas peur d'un fleuve11, il a plein de muscle et puissant, il plie sa queue comm un cèdre...un vrai œuvre merveilleux de Dieu. (15-23) Quelqu'un peut le saisir et percer son nez ? (24)
Et le crocodile12? Dieu pose vingt questions sur cet animal qu'il a créé. Peux-tu l'attraper avec un crochet, des dards, ou des harpons (2, 7) ? Peux-tu lui parler ou jouer avec lui ? (3-6) Tu peut essayer, mais sans succès (8). Certain tremblent devant lui, qui peut le résister ? (9-10) « De qui suis-je le débiteur? Je le paierai. Sous le ciel tout m’appartient. » (11) Sa force n'est pas caché, qui peut pénétrer son armure ? (12-17). Versets 18-21 décrit la fumée et le feu qui sort de sa bouche13. Son cœur est dur aussi, et il fait peur aux plus vaillants (22-25). Les armes ne lui font pas de mal (26-30). Il fait bouillir et briller la mer14(31-32). Sur la terre, nul n'est son maître (33). Il est le plus fiers des animaux (34).
Dieu, que dit-il ? En décrivant l'hippopotame, peut-être l'animal le plus grand connu par Job, Dieu dit, « Moi, son créateur, je suis le seul à pouvoir le vaincre. » (40.19 Parole de Vie) C'est animal grand et puissance est soumis à Dieu, comme toute sa création. Dieu rappelle Job qu'il a le contrôle. Avec le crocodile, le verset clé est au milieu (41.17). Qui peut défier Dieu qui a créé une créature aussi féroce ? « Job ne peut pas défier une de ses bêtes, comment peut-il penser défier Dieu ? Qui est Job à critiquer ses manières, et à lui conseiller sur comment il faut règner ?15Qui m'a donné que je devrai repayer ? Job avait perdu plein de choses, mais tout appartient à Dieu. Certains pensent que l'hippopotame représente les hommes, et le crocodile, Satan,16qui signifie que Dieu a le contrôle sur Satan. Je ne vois pas d'erreur avec le théologie, mais il n'est pas obligatoire dans ce passage. Peu importe, Dieu a dit, « Tu ne peut pas me comprendre. Tout appartient à moi. Je suis le Tout-Puissant. » 
Comment Job répondre-t-il ? Il constate que Dieu a bien tout le pouvoir (42.2). Il avoue avoir « obscurcir ses desseins par des discours sans connaissance » (3). Il voudrait parler à Dieu, pour être instruit (4). Il l'a entendu et l'a vu (5), et « C'est pourquoi je me condamne et je me repens sur la poussière et sur le cendre. »17(6) Son repentance est évident car il ne demande plus rien à Dieu. Même si cela veut dire qu'il reste dans le souffrance pour la durée de sa vie. C'est sur Dieu qu'il s'appuie. « Ceux qui connaissent Dieu viennent à temps pour reconnaître qu'il vaut mieux connaître Dieu et avoir confiance en Dieu que de revendiquer les droits de Dieu. »18
On ferait du tort à ce livre de ne pas regarder la conclusion. (42:7-17) Dieu était en colère avec les trois amis pour ne pas avoir bien parler, et leur a demandé de faire des sacrifice, et que Job priera pour eux. N'oubliez pas que Job est toujours dans la souffrance, mais va quand même prier pour ces amis. Ce n'est qu'après avoir prié pour ses amis que Dieu lui a donné deux fois19plus qu'avant (10). Sa famille arrive et lui donne le réconfort qu'il cherchait de la part de ses amis (11). Job a eu une longue vie, et ensuite il est mort. Ce fut une fin abrupte à la montagne russe qui est le livre de Job, du début à la fin. « Les chances sont désespérément contre Dieu et il semble que le ricanement de Satan s'avérera être vrai; mais Dieu gagne à la fin, Job sort triomphant dans sa foi en Dieu, et Satan est complètement vaincu. »20
1Job 7:3
2Job 31:35, 23:5, 13:22
3Talbert, p197
4Appendix, chart 2
5Talbert, p201
6“Indescribable” (Dieu incomparable), Chris Tomlin
7Traduit “unicorne” par le King James Version. Voyez...Strong's, 7214
8Hébreu - Qal verbe, “reculer, devenir plus petit; être vil, dédaigner, mépriser”. Mounce, 7043
9“C’est par la foi que nous reconnaissons que le monde a été formé par la parole de Dieu, en sorte que ce qu’on voit n’a pas été fait de choses visibles.” (Hébreux 11.3)
10“un singulier de l'égyptien; un buffle d'eau, c-à-d.. hippopotame ou cheval du Nile:—Behemoth.” Strong's, 930
11Verse 23 
12“un animal couronné, c'est-à-dire un serpent (en particulier le crocodile ou un autre gros monstre marin)” Strong's, 3882. Certains prétendent qu'aucun animal n'existe comme ces deux-là. Les crocodiles grossissent avec l'âge, si les hommes vivaient des centaines d'années, peut-on supposer que les animaux faisaient aussi? Même aujourd'hui, ils peuvent vivre plus de 100 ans et atteindre plus de 6 mètres de longeur. https://en.wikipedia.org/wiki/Crocodile#Size 
13La plupart disent que cela fait allusion à sa respiration étant vu tôt les matins tôt, et avec la lumière reflétant sur les ondulations qu'il provoque dans l'eau.
14Quand il se débat avec une proie, fait un chemin dans la boue, ou se déplace rapidement dans l'eau. 
15Talbert, p215-216
16Garrett, p91
17KJV a choisi de traduire « abhorrer » et ajouter l'objet « moi-même ». Pour « abhorrer » ; aussi « rejeter, mépriser, refuser, rejeter ». Strong's, 3988 
18Talbert, p223 citant D. A. Carson, How Long, O Lord? Reflections on Suffering and Evil.
19Deux fois plus de possession qu'avant, mais la même quantité d'enfants, car les 10 premiers vivent encore, cependant plus sa la terre. 
20Chambers, p17

Job et ses amis: le discours d'Elihu

Le discours d'Elihu
Les trois amis ont arrêté d'essayer de lui convaincre. Ils ne pouvaient pas répondre à Job car « il se regardait comme juste » (32:1). Dans le texte hébreu il y a p,qui signifie une marque de paragraphe majeur. Elihu, fils de Barakeel1, commence, en colère car Job car il se focalise sur lui-même plutôt que sur Dieu. « Il se disait juste devant Dieu. » (Job 32.2) Le Buzien2était aussi en colère contre les trois amis car il n'avait pas de réponse pour Job, mais le condamnaient quand même (3). Le narrateur lui donne une introduction brève (mais plus long que les trois autres), « mais la question est toujours demandée, 'Qui était-lui ?' Je réponds, 'Il était le fils de Barakeel de Buz, de la famille de Ram', et c'est tous ce que l'on connaît de lui. Mais la réponse scripturale ne satisfait pas ceux qui sont déterminé à résoudre les mystères quand il n'y en a aucun. »3
Première Partie 
Il semble que, parce que Job passe le temps en se justifiant au lieu de chercher la justification de Dieu, a causé la colère d'Elihu. Elihu a attendu jusqu'à ce que les autres amis car il était le plus jeune, et avait peur. Il a déclaré que les plus âgées étaient sensés être plus sage (32.7). Il semble avoir un point de vue légèrement que ses amis. Sa colère semble être justifié, selon le narrateur. Il est en colère parce queJob s'est justifié plutôt que Dieu. En pensant que Job est devenu arrogant, « Il a soutenu que Job ne souffrait pas à cause du péché, mais il péchait à cause de sa souffrance. »4Il a bien écouté, vu qu'il cite plusieurs fois les discours précédent à la lettre. Un examen détaillé de ce qu'il dit, nous conduit à notre propre conclusion. Le narrateur nous aide en divisant le discours en partie, interrompant le lecteur en trois endroits, qui nous donne quatre parties : chapitres 32-33, 34, 35, 36-37. On peut le diviser comme ça : Il parle de la souveraineté de Dieu (32-33), Sa justice (34), Sa justesse (35), et Sa grandeur (36-37). 
Elihu commence la première partie par une longe explication de pourquoi il réponde (32.6-33.7). Il déclare que Dieu donne l'intelligence (32.8), et clarifie que ce n'est pas toujours les plus âgées qui sont les plus sages (9). Il voulait parler (10), mais attendait qu'ils soient finis, remarquant ils ne pouvait pas répondre à Job (11-12) sauf pour dire que Dieu le jugeait (13). Elihu répondra sans préjugé, car Job ne lui a pas adressé, et il va sortir quelque chose de nouveau (14). Les amis ont fini, il décide d'en parler (15-17). L'esprit lui pousse à parler à deux doigts d'exploser, donc il va le faire (18-20). Il ne flattera pas (21-22). Il conseille vivement à Job d'écouter ses paroles de sagesses, avec droiture de cœur (33.1-3). Il constate que Dieu lui a créé (4)5. Il lui mets au défi de lui répondre (5), comme une création de Dieu égale à Job, Job ne devrait pas en avoir peur (6-7). 
Elihu cites ce que Job a dit (33.8-11). Il a entendu ses déclarations sur son innocence, sa pureté, et l'absence d'iniquité (8-9), et que Dieu lui chasse comme un ennemi (11). Elihu dit que c'est là où il a tort (12), demandant pourquoi il dispute avec Dieu tout-puissant qui ne rende pas compte à personne (13). Elihu utilises le même mot hébreu que Dieu utilise dans son reproche en 40.26. Dieu ne nous doit pas de réponse, mail il communique avec nous souvent, mais nous ne l'écoute pas (14). Elihu révèle comment Dieu parlait7à l'époque : par des songes, des visions nocturnes (15-16). Dieu leur donne des instructions8« afin de détourner l’homme du mal et de le préserver de l'orgueil ». (17) Il leur a détourné (18). Il punit aussi par la douleur (19). Dieu peut dont utiliser la douleur pour nous parler. « Dieu nous chuchote dans nos plaisirs, parle dans notre conscience, mais crie dans notre douleur: c'est son mégaphone pour éveiller un monde sourd. »9Cela peut nous faire perdre l'appétit (20) et du poids (21). Il s'approche de la mort (22). 
Elihu parle d'un messager ou un ange (23), qui montre à l'homme la voie qu'il faut suivre. Certains pensent qu'Elihu prends ce rôle. « Un d'entre les mille », c'est vraiment rare dans ce monde, des messagers de Dieu. Grâce à cet ange, Dieu va réagi avec compassion, car une rançon à été trouvée (24), et à la suite l'homme est restauré à son état ancien (25), Dieu réponds à sa prière avec joie et « lui rends son innocence ». (26) Dieu cherche la vraie repentance, (27) puis il délivre son âme de la fosse, et l'éclaire (28, 30). Dieu le fait souvent (29). Il termine par un demande à Job d'écouter sa sagesse (31). Job reste muet donc Elihu continue. 
Que pensons-nous de ce discours ? Elihu a reproché Job pour avoir dit que Dieu lui maltraite. Il lui rappelle de tous les moyens que Dieu communique avec les hommes. En verset 22 à 28, nous avons une présentation d'un pécheur qui se repente, après avoir entendu le messager. Il trouve la grâce et la restauration, grâce à cette rançon qui a été trouvée. Dit-il que Job a péché et besoin de repentir ou parle-il de comment Dieu réagit avec les hommes en général ? Ce n'est pas sur. Dans tous les cas, ce passage est une très jolie présentation de comment Dieu réagit avec un pécheur repentant10, Jésus étant notre rançon11.
Deuxième partie 
La deuxième partie de son discours explique son avis sur la justice de Dieu (chapitre 34). Il incite les gens à l'écouter (2-4), ils adresse la déclaration de Job que Dieu ne lui a bien traité (5-9). Ensuite, il explique que Dieu est juste (10-30) et c'est Job qui a mal parlé de Lui (31-37).
Elihu désire l'attention de Job et ses amis (2). Il veut qu'ils l'écoutent bien et utilisent leur jugement pour ce qu'il va dire (3), comme ça ils peuvent décider eux-même qui a raison (4). Elihu pense que Job se déclare juste, ce qui rend Dieu injuste (5). En verset 6, il cite Job comme disant, « J'ai raison, et je passe pour meneur (6.28), je suis sans péché (9.21), cependant je suis blessé (6.4). » Il accuse Job de raillerie contre Dieu (7), comme les impies (8), et insinue que il est inutile de lui plaire (9). Il parle de Job « buvant la raillerie comme l'eau », comparé à Eliphaz qui disait que Job « boit l'iniquité comme l'eau (15:16). Vous voyez la différence ?
Elihu veut prouver que Dieu ne peut pas être injuste. Il ne peut ni pécher, ni commettre l'iniquité (34.10, 12), mais il est juste avec les hommes (11). Dieu règne au-dessus de tout (13). S'il était contre les hommes, ils mouraient tous (14-15). Quelqu'un qui haït la justice, peut-il régner ? Peut-on condamner Dieu qui est juste ? (16-17) Dieu a posé la même question à Job, « Me condamneras-tu ? » (40.8) On n'appelle pas un prince ou un roi injustes (34.18), bien moins Dieu (19). Il a tout créé et tous meurent (20). Dieu voit tout (21-22), et ne maltraite pas l'homme (23-24). Il connaît leurs oeuvres (25), et donc peut frapper les impies(26-27). Il les entends, les cries des pauvres et malheureux (28). Qui peut renverser ses actes (29-30) ? 
Elihu dit que l'on peut dire à Dieu, « J'ai péché, je ne pécherai plus. » (31). « Montre-moi ce que je ne vois pas. » (32) Elihu dit que l'homme qui prends ces décisions mais Dieu (33). Il dit que Job a parlé sans intelligence (34-35). Ça a l'aire critique, mais Dieu dit la même chose (38.2). Elihu veut que Job soit éprouvé pour avoir répondu comme des méchants (34.36), et récolté contre Dieu (37). Elihu a-t-il la bonne perspective de la justesse de Dieu ? Il a dit que la déclaration de Job que Dieu n'est pas juste, lui met avec des hommes méchants. C'est ça le péché que Job doit se repentir selon Elihu, un péché de rébellion. 
Troisième Partie 
Dans la troisième partie, Elihu parle de la justesse de Dieu. Il accuse Job d'avoir insinué qu'il était plus juste que Dieu (2-4). Sa réfutation est que Dieu est juste peu importe ce que les hommes font ou disent (4-8). Alors, c'est Job qui multiplie les paroles sans intelligence (9-16). 
Elihu commence par déclarant que Job se dit plus juste que Dieu (35.2). Accuse-t-il faussement ? Job n'a jamais dit ces mots précis, mais Elihu dit qu'il le déduit. Certains croient que le narrateur a dit la même chose, « Il se mit en colère contre Job parce que celui-ci se disait plus juste que Dieu. » (32.2 Semeur) Dieu aussi le dit, « Veux-tu me condamner pour te justifier ? » (40.8) Il déduit que Job a perdu la prospective de sa relation avec Dieu, disant que s'il est dans tant de souffrance et de douleur, pourquoi essaie d'éviter le péché ? (35.3) Elihu va en parler (4). Son accusation ici est que la déclaration de Job concernant l'injustice de Dieu implique que Dieu n'est pas si juste, si puissant, si bon que l'on a pensé. 
Elihu utilise des nuages comme exemple, car un orage s'approche (5). Nos péchés baise la sainteté de Dieu, ou notre sainteté l'élève ? (6-7) « Dieu n'est ni diminué ni amélioré par nos actions. Mais l'homme est. Et Dieu répond à cela. »12(8) Elihu explique plus que Dieu ne réponds pas à ceux qui ne sont pas focalisé sur Lui (9-11)13à cause de leur orgueil (12). Dieu ne l'écoute pas (13). Job se plaignait qu'il ne trouvait pas Dieu. Elihu lui instruit d'attendre car il apparaitra (14). Dieu ne réagit pas comme Job désirait (15). C'est la raison pour laquelle, Elihu dit, les paroles de Job sont sans intelligence (16). Un commentaire le résume bien, 
« Si la piété ne donne rien à Dieu qu'il doive récompenser, Job n'ose pas regarder son affliction, aussi mystérieuse qu'elle soit, comme injuste; et si les pieux n'éprouvent pas directement la colère vengeresse de Dieu sur le dédain de leurs oppresseurs, la question, si alors leur prière pour l'aide est du bon type, est plus naturelle que la plainte d'un manque de justice dans le gouvernement de Dieu dans le monde. Job est également silencieux après ce discours. Il ne contient pas la bonne consolation; il contient cependant une censure qu'il devrait humblement recevoir. Cela touche son coeur. Mais si elle touche au cœur de l'idée du livre, est une autre question. »14

Quatrième partie 
Dans le dernier discours d'Elihu, il proclame la grandeur de Dieu. Ceux qui le lisent avec un point de vue négatif d'Elihu, voient ce discours comme celui de ces amis disant que Dieu restaure un pécheur repentant. « Suivant la logique d'Elihu, il ne reste que pour Job de admettre ses péchés et attendre les instructions de Dieu. »15Ceux qui le voit d'un point de vue positif, le voient comme une continuation de ce qu'il a déjà dit. « Seulement ceux qui ont un avis négatif d'Elihu sont agréablement surpris par sa conclusion. En réalité, elle harmonise sans heurt avec ce que l'on sait de lui à travers de ses autres discours. »16Comme il est important avec tous les passage bibliques, il faut examiner le passage dans son contexte, sans préjugé, et dans la prière.
Au commencement, Elihu encourage l'attention de son audience (2), basé sur les raisons « de haut », il prouvera la justice de Dieu (3-4)17. Elihu parle de la grandeur de Dieu et sa justesse (36.5-15). Dieu est puissant et intelligent (5). Il ne laisse pas vivre le méchant, et fait droit aux malheureux (6). Il ne détourne pas ses yeux des justes, mais les élève à jamais (7). Et s'ils sont troublés, il leur dénonce leur transgressions (8-9). Il leur avertit, et les exhorte à se repentir (10). S'ils écoutent et se soumettent, ils seront bénis (11), mais s'ils n'écoutent pas, ils périssent (12). Les impies perdent leur vie dans leur jeunesse, mais Dieu sauve le malheureux (13-15). Il semble qu'Elihu parle encore comme les autres amis, mais il est aussi possible qu'il fait une généralisation de l'oeuvre de Dieu avec les hommes, pour montrer sa puissance. 
Elihu partage plus sur l'erreur de Job (36.16-21). Dieu est prêt à le retirer de sa détressen mais l'attitude de Job l'empêchait (16-17). Il avertit de se méfier de la colère, que même une « rançon »18ne peut pas le délivrer (18), ni par les cries, ni par ses forces (19). Il dit que Job va vers la nuit (20), et de se méfier car son affliction lui a mené vers le mal (21). 
Cela nous mène où Dieu parle de la grandeur de Dieu (36.22 - 37.18). Qui peut enseigner comme Lui (22-23) ? Il faut magnifier ses œuvres que tout-le-monde puissent voir (24-25). Sa grandeur nous échappe (26). Tout-à-coup, Elihu est inspiré par l'orage. Dieu a fait la pluie est les nuages (27-28). « Qui prétendrait comprendre l’expansion des nuages
et les coups de tonnerre dont retentit sa tente ? » (29-30 Semeur) Il juge les peuples et donne la nourriture par ces moyens(31). Il prends les éclairs et les dirige.19Le tonnerre annonce son arrivée, est les troupeaux aussi (32-33 Semeur). Le son lui fait trembler (37.1-2). Dieu le dirige et c'est incroyable, majestueux (3-5). Il contrôle la neige, la pluie, et l'ouragan, qui fait peur aux animaux (6-8). Il dirige le vent (9). Son souffle produit la glace et déplace les eaux (10). Il remplit les nuages (11). Il les dirige pour la punition ou pour la bénédiction (12-13). « Job, soit attentif. Sais-tu comment Dieu les dirige ? Peux-tu le comprendre ? » (14-18)
Elihu termine brusquement alors que l'orage arrive (37.19-24). Il désire que Job leur enseigne ce qu'il faut dire à Dieu (19). (Alors que les nuages noirs arrivent et cachent le soleil) Peut-on demander qu'il nous écoute ? (20). On ne peut même pas fixer le soleil (21) Dieu est redoutable ! (22) Il est si grand et si puissant, on doit le craindre, peu importe notre sagesse (23-24). Certains traductions rendent verset 23, « Il est le Tout-Puissant, nous ne pouvons l’atteindre.
Il est grand en puissance ainsi qu’en équité; pleinement juste, il n’opprime personne. » ou « il n’opprime pas celui qui est pleinement juste. » (Semeur) 
Qu'est-ce que l'on peut dire sur le discours d'Elihu ? On a déjà regardé plusieurs avis, chacun avec ses propres évidences. Les problèmes déjà vu avec ce livre (le contexte, le style d'écriture, la traduction de l'hébreu, manque de ton de voix) sont tous évidents dans son discours. C'est mon avis personnel qu'Elihu fait la transition entre Job et ses amis. Mais, restant dans l'objectif de ce thèse, Elihu a échoué et n'a pas donné le réconfort et la compassion que Job désirait. Il ne dit pas forcement que Job souffre à cause de ses péchés passé, mais qu'il souffre toujours à cause des péchés courants. Il désire que Job réexamine la logique de son idée sur Dieu, et les résultats qui lui fait apparaître plus juste que Dieu. « La question de Job (Pourquoi as-tu fait cela à moi?) s'envenime et devient une plainte (Comment as-tu peut faire cela à moi?). »20Au moment où il partage la même idée que Dieu punit le pécheur et récompense le juste, il est distrait par l'orage. « Il aurait, comme les autres, assumé faussement que Job souffre les conséquences de ses péchés (34.11, 31-37). »21Donc, il aurait pu avoir plusieurs croyance en commun avec les trois autres, mais il ne les applique pas à la situation de Job. Il termine par la louange pendant l'orage, et par un avertissement que Dieu ne réagit pas injuste aux hommes. On peut le dire comme ça : Job voulait être justifié, mais « Elihu a montré...que Dieu seul devrait être justifié. »22« Il n'est pas d'accord (avec Job) sur la déclaration que Dieu lui a fait un ennemi. »23
1“qui Dieu a béni”. Easton's, Barakeel
2Un descendant peut-être du neveu d'Abraham . Genèse 22.20-21
3Clarke, Job 32.2
4Life Application Study Bible, Job 32
5Une autre allusion à la création comme Elihu dit que Dieu lui a donné le souffle de vie, le même mot hébreu que lorsque Dieu a insufflé à Adam le "souffle des vies". Gen. 2.7. Strong's, 5397
6S'efforcer ou lutter. Job utilise en 9.3; 10.2; 13.8 et 19; 23.6. Strong's, 7378
7Hebrews 1:1
8Il a communiqué par des songes, des vision, en parlant, des afflictions, et par messengers.
9Stanley, p74 citant C.S. Lewis, Problem of Pain.
10“Jesus Christ est la rançon, comme Elihu l'appèle, Job l'appèle son « Rédempteur », car il est à la fois l'acheteur et le prix, le prêtre et le sacrifice ; d'une si grande valeur, l'âme d'homme, que rien sauf cela ne peut la racheter, et d'une si grande blessure commis par le péché, que rien sauf le sang de Jésus le Fils de Dieu ne peut l'expier.” Henry, Job 33.24
11Matthieu 20.28
12Talbert, p185
13Vs. 10-11 offre un jolie avantage des chrétiens, il nous donne des chants d'allégresse pendant la nuit, et nous instruit. 
14Keil and Delitzsch, https://www.studylight.org/commentaries/kdo/job-35.html
15Garrett, p80
16Talbert, p186
17Verset 4 – On peut argumenter que ce verset parle de la connaissance de Dieu et non pas d'Elihu
18Regardez Job 33.24
19Cité dans la cantique “Indescribable” (Dieu Incomparable) Écrit par : Jesse Reeves, Laura Story © Capitol Christian Music Group, chanté par Chris Tomlin
20Talbert, p201
21Talbert, p191
22Cotton, p33
23Cotton, p36